software team

Gestionnaire en TI, où se trouve ta prochaine équipe de développeurs?

Nous sommes plus que jamais plongés dans une ère de développement logiciel. Tout ce qui nous entoure est animé par des lignes de codes, par des programmes de plus en plus intelligents et de plus en plus indispensables. L’industrie des TI connaît une période très faste et il se peut que ce ne soit pas une si bonne nouvelle pour les gestionnaires.

 

Le monde allait très bien

 

J’ai souvenir d’une époque où tout allait très bien. Les choses étaient bien établies, comme en équilibre. Cet équilibre était solide car les changements étaient assez prévisibles et s’opéraient relativement lentement. L’industrie des TI se bâtissait équipe par équipe, expertise par expertise, dans un ordre assez compréhensible. Presque toutes les entreprises avaient leur équipe de TI, petite ou grande.

 

La composition des ces équipes était assez similaire d’une compagnie à l’autre, ayant toutes plus ou moins le même genre de structure, assez adéquate et alimentée par le bas. En tant que gestionnaire du monde des TI, il était tout à fait normal de vouloir avoir sa propre équipe et c’était également assez facile. En fait, tant que l’offre est supérieure à la demande, le système va bien et rien ne l’oblige à changer. Je crois que cette époque est révolue.

 

L’apocalypse est à nos portes

 

Bon, je pousse un peu, mais l’équilibre est rompu et nous sommes entrés dans une nouvelle ère. Il y a aujourd’hui plus de demande que jamais et une impression très marquée qu’il y a moins de candidats qu’avant, moins de développeurs qu’avant. Les façons de recruter ne sont plus les mêmes et les développeurs ont réellement l’embarras du choix. Les gestionnaires d’aujourd’hui font face à des défis importants et doivent être capables de composer avec la complexité de la situation. À mon avis, ils doivent carrément changer de mentalité.

 

Depuis quelques années, on s’arrache les développeurs, mais les stratégies restent pas mal les mêmes. En fait, la plupart des gens ont comme principale stratégie de simplement mieux faire le recrutement que les autres. Ils vont payer plus, offrir plus d’extras, être plus cool, être plus humain, etc. Il m’apparaît évident que la solution passe en fait par un changement important dans la façon même de faire du développement logiciel. À quoi bon mieux recruter que les autres s’il n’y a plus personne à recruter?

 

Quelles sont les options?

 

La meilleure option pour un gestionnaire en informatique n’est sans doute pas encore connue. Cette option devra sortir du cadre habituel et le problème devra être approché avec une intention différente. Rappelons-nous que même une exécution impeccable ne répondra pas à un manque de main-d’oeuvre. C’est tout le modèle qui doit être changé. Voilà peut-être une belle occasion de revoir un peu notre industrie. En attendant, voyons quelles sont les options actuelles pour un gestionnaire qui cherche des développeurs :

 

  1. Embaucher des employés: Bon, c’est le noeud du problème. Ceux qui sont encore à la recherche des meilleures stratégies pour ça sont probablement les « saveurs du mois ». Ils ont des noms bien connus et des projets super intéressants. Ce sont des employeurs bien en vue qui sont passés maîtres dans l’art d’attirer les futurs employés. Si vous n’êtes pas un de ceux-là, vous choisissez probablement une des autres options. Quoi qu’il en soit, tôt ou tard vous aurez fait le tour.
  2. Embaucher des consultants : Cette option était utile quand il fallait augmenter la capacité pour une période déterminée (un projet par exemple). Au fil des années, c’est devenu une manière d’avoir des employés sans avoir des employés. Disons que ce n’est pas idéal pour assurer la pérennité et diminuer les risques liés aux départs. Lorsque des consultants sont utilisés pour combler des postes d’employés permanents faute d’en trouver, inutile de dire que le budget en souffre beaucoup. Il m’apparaît évident que c’est symptomatique d’un problème plus grand.
  3. Embaucher des développeurs à l’étranger : J’ai parlé à des gens pour qui cette option avait fonctionné. Les offres sont nombreuses et viennent de partout, mais le risque est très grand. La culture, la distance et les fuseaux horaires sont tous des facteurs qui contribuent à augmenter les chances de problèmes. Si ça fonctionne pour certains, c’est le cauchemar pour la plupart des autres.
  4. Embaucher une équipe : C’est l’option que nous avons choisie à Studio Pyxis. Ici, nous ne fournissons pas des développeurs ou des CV. Nous mettons plutôt à la disposition de nos clients, des équipes multidisciplinaires chargées de développer des solutions d’affaires au quotidien. Ce qui fonctionne, c’est que ces équipes sont partagées à travers plusieurs clients et nous nous chargeons de coordonner le travail. Nous partageons les risques liés à la livraison et nous nous engageons par contrat à maintenir les connaissances d’affaires de nos clients. C’est à nous de nous assurer de maintenir les connaissances nécessaires au développement et à l’évolution des applications au jour le jour. Cette option fonctionne encore car nous optimisons le temps de développement et offrons aux spécialistes la variété qu’ils recherchent.

 

Un « Hub » de développeurs

 

Cette pénurie de spécialistes mérite qu’on se penche sérieusement sur la question. Studio Pyxis est directement touché par ce problème et nous cherchons activement des solutions. Une partie de la solution se trouve dans la consolidation des experts et l’optimisation des efforts. Nous devons cesser de disperser les experts et plutôt les regrouper au même endroit. Le problème touche toutes les entreprises, mais surtout les PME car elles n’ont que très peu de spécialistes.

 

Nous rêvons d’un « hub » de développeurs où la concentration est à son maximum. Un endroit où les équipes travaillent sur les solutions dans un tout nouveau modèle d’affaires. Des équipes qui se soucient de la valeur qu’elles génèrent pour les utilisateurs, sont au service de plusieurs et éliminent le gaspillage. Nous cherchons des gestionnaires en TI qui vivent cette pénurie et qui cherchent aussi des solutions pour explorer un nouveau modèle. Il nous faut trouver une nouvelle façon de faire complètement différente du modèle traditionnel client-fournisseur. Si vous êtes un de ces gestionnaires, Nous aimerions beaucoup vous entendre.

 

Conclusion

 

Pourquoi déjà cherchons-nous une nouvelle solution? Ah oui! C’est hyper difficile et risqué de faire comme avant. Il y a bel et bien un problème de recrutement lié à la rareté des candidats et beaucoup seront forcés d’agir. J’ai envie de lancer une invitation : pouvez-vous tenter de réfléchir à cette problématique?

 

Tout d’abord, il y a l’intérieur de la boîte : appliquer des solutions connues à un nouveau problème. Ensuite il y a l’extérieur de la boîte : critiquer nos valeurs, nos croyances et nos principes. Nous devons regarder nos problèmes différemment afin d’innover. Finalement, nous avons la possibilité de penser à la boîte elle-même, repenser le but premier et l’objectif ultime dans le but de changer nos valeurs et déclarer une nouvelle mission et une nouvelle identité. Jusqu’où croyez-vous pouvoir aller?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *