shutterstock_583566496

Virage numérique, données et systèmes intégrés

Les technologies numériques d’une entreprise sont souvent adoptées en fonction de besoins particuliers, sans considérer la possibilité de les intégrer aux technologies qui sont déjà en place.

Ainsi, les besoins sont déterminés par les parties prenantes et utilisateurs potentiels qui dressent la liste des caractéristiques nécessaires sans nécessairement considérer l’intégration possible de ces technologies. Cette considération est cependant essentielle pour atteindre un haut niveau d’efficacité.

Exemple : logiciel de conception assistée par ordinateur

L’intégration de ce type de technologie cherche initialement à diminuer le temps nécessaire au développement de nouveaux produits, mais dans beaucoup d’entreprises, les concepteurs utilisent les fonctions de base du progiciel, sans s’intéresser aux fonctionnalités avancées qui pourraient automatiser certaines étapes ou encore générer automatiquement de l’information supplémentaire comme la liste des pièces, des matériaux et des quantités requises pour le nouveau produit.

Un logiciel de conception peut tout à fait fonctionner de façon autonome, mais les avantages qu’on peut en retirer ne seront jamais aussi significatifs que si on l’intègre aux autres technologies de l’entreprise.

Le partage d’information numérique entre les départements est primordial. Il brise les silos informationnels et rend les données disponibles aux gens qui en ont besoin.

L’intégration horizontale des logiciels (entre eux) diminue les risques d’erreur et améliore davantage l’efficacité des processus ainsi que la collecte et l’exactitude des données.  De la commande à la livraison, les systèmes intégrés de gestion permettent aux entreprises d’alléger leurs différents processus d’affaires.

Les équipements de production automatisés existent depuis maintenant de nombreuses années, mais c’est l’intégration verticale qui est la nouveauté (relier les équipements au réseau d’entreprises et permettre la communication et le transfert de programmes entre eux).

Ces intégrations verticale et horizontale amènent une plus grande connectivité et un partage des données numériques. L’automatisation et l’intégration des technologies de l’information sont à la base de ce qu’on appelle l’industrie 4.0.

Les données au service de l’organisation

Les données doivent être accessibles à toute personne pour qui elles représentent une valeur ajoutée. Elles sont la propriété de l’entreprise et non de l’employé. Cette approche fait ressortir le besoin de dépersonnaliser les données. Elle doit également clarifier les rôles et responsabilités de chacun à ce propos. Il faut encourager un questionnement sur le type d’information nécessaire à la prise de décision.

  • Un responsable des achats bénéficierait probablement d’un meilleur accès aux prévisions de ventes.
  • Un directeur marketing pourrait préférer des données sur les habitudes de consommation de sa clientèle.
  • Un responsable de la maintenance pourrait quant à lui vouloir surveiller les fonctions vitales d’un équipement pour aider à prévenir les défaillances.

Il faut ainsi encourager le personnel à ne pas se contenter du statu quo et à repousser les limites pour améliorer toujours plus la gestion des opérations.

La numérisation de l’ensemble des informations d’une organisation, notamment les données se rapportant à son savoir-faire, est essentielle à sa pérennité. Ces données appartiennent à l’entreprise et elles doivent être intégrées dans son système d’information. Elles lui permettront d’améliorer son efficacité à pratiquement tous les niveaux.

Pour bien cibler vos besoins particuliers en matière de transformation numérique et de développement logiciel, il est généralement nécessaire de faire appel à des spécialistes qui seront en mesure de poser un diagnostic à partir duquel un plan d’action pourra ensuite être établi.

Une fois que l’on a identifié les opportunités d’amélioration les plus importantes, on peut commencer par celles-ci et rapidement obtenir de l’information et des résultats. On limite ainsi le risque et on se donne la chance d’ajuster au fur et à mesure que l’on teste nos hypothèses.

Studio Pyxis aide les entreprises à cibler ces possibles améliorations, à choisir les plus réalistes et surtout celles qui leur permettront d’obtenir rapidement de l’information sur elles-mêmes et de s’ajuster au fur et à mesure. Notre expertise nous permet également de nous assurer d’intégrer les avancées technologiques entre elles tout au long du parcours de transformation numérique.

Lisez le précédent article de Yanic Ménard : Virage numérique et modèle d’affaires

2 responses to “Virage numérique, données et systèmes intégrés

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *